more from
LE CRI DU CHARBON
We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

L'ind​é​pendance

by KARINE DAVIET

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    CD version Digifile + Livret 8 pages

    Includes unlimited streaming of L'indépendance via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 8 days

      €10 EUR or more 

     

1.
Sorcière 04:16
Entre le fémur et le jean Y a de la chair Ma silhouette féminine Debout et fière Les eaux sans fond Je n’connais plus La canopée Je l’ai perdue Les singes à queue En rient encore Je suis dehors L’Afrique était mon parasol Ma percussion Maintenant le soleil me brûle Loin, l’horizon En transition Dans les eaux troubles La forêt Dev’nue marécage J’avance à poil Dans la plaine Je suis humaine Je n’ai pas perdu ma couronne Je l’ai brûlée Mon royaume n’a plus de limites C’est un charnier Je cours, je cours, je cours Je suis nomade Femelle, j’ai enfanté des foules Mes forêts sont devenues champs Pétrolifères Je plante des cailloux dedans Je suis sorcière J’ai des transats Dans le crâne Des amants pour Chanter mon corps J’avance à poil Dans l’arène Je suis humaine Je n’ai pas perdu ma couronne Je l’ai brûlée Mon royaume n’a plus de limites C’est un charnier Je cours, je cours, je cours Je suis nomade Femelle, j’ai enfanté des foules Entre le fémur et le jean Y a de la chair Ma silhouette féminine Debout et fière Debout et fière Debout et fière
2.
Insomnie 02:48 video
Une nuit d’insomnie J’ai brisé mes rêves Et je me lève, neuve Au petit jour J’ai laissé derrière Les tendres guéguerres Et les amours aveugles À vous rendre fou Redevenue pure Je suis perdue pour les astres Je suis perdue pour les astres Je suis perdue Redevenue pure Je suis perdue pour les astres Je suis perdue pour les astres Je suis perdue Une nuit d’insomnie Mon masque est tombé Tes mots comme des tenailles L’ont arraché Tu l’exposeras Dans ton musée personnel Parmi les masques de celles Qui t’ont aimé Redevenue seule J’ai ravalé chaque larme J’ai ravalé chaque larme J’ai ravalé Redevenue seule J’ai ravalé chaque larme Elles ont coulé vers le fleuve Dans la vallée Une nuit d’insomnie Des lambeaux de rêves Se dispersent encore Au petit jour Je les laisse aller Et l’aube se lève Et le brouillard se lève Enfin
3.
Qui sait ? 03:24
Qui sait quand nous nous reverrons Nos Belles Gueules ont déserté le balcon Et nous sommes à nouveau deux inconnus Les éboueurs ont nettoyé la rue Qui sait si nous saurons encore Parmi les météores nous reconnaître Dans les rues parallèles de Montréal D’où l’on ne voit pas les étoiles J’avais cru qu’on pourrait s’aimer Toutes les bières ont été bues Toutes les promesses rompues Les eaux usées sont à nouveau Sauvages Qui sait quand nous nous reverrons Un nouvel hiver passe sur tes pas Et nous sommes à nouveau deux imbéciles Qui vivent chacun sur la plus belle île Qui sait si nous saurons encore Nous aimer à l’aurore puis disparaître Par les rues éternelles de Montréal Où la Grande Ourse parle joual J’avais cru qu’on pourrait s’aimer
4.
Ton visage 03:37
Je cherche ton visage Dans le livre aux visages Mais je ne le vois pas Je cherche tous tes noms Dans la rivière des noms Mais je ne trouve pas Sur mon écran défilent Des foules de profils Mais je ne te vois pas Et tous ils te ressemblent Tous vivent dans ta ville Mais ce n’est jamais toi Toi, tu as disparu Tu t’es perdu dans la foule Parfois je t’aperçois Ton parfum me saisit Ta silhouette me perd Ne te retourne pas Sur mon écran défilent Des foules de profils Mais je ne te vois pas Et tous ils te ressemblent Tous vivent dans ta ville Mais ce n’est jamais toi Je cherche ton visage Dans le livre aux visages Mais je ne le vois pas
5.
Je pleure 03:18
Je pleure sur mon père Je pleure sur ma mère Et je pleure sur ma soeur, je pleure Mon père n’a pas d’amour Ma mère n’a plus de corps Et ma soeur s’endort dehors J’ai des lames dans le ventre Elles me rongent le coeur Et je pleure sur ma peur, je pleure J’ai enfoui tant de cris De coups qui vivent encore Et je compte mes morts, je pleure
6.
Debout, femmes esclaves Et brisons nos entraves Debout, debout, debout ! (Hymne du MLF) Je ne suis pas de celles Qui se veulent pucelles Prêtent serment puis scellent Leur sexe à double tour Je ne suis pas de celles Qui font dans la dentelle Ou se coupent les ailes Pour un semblant d’amour Je suis de celles qui luttent Continuent le combat De celles qui chahutent Les hommes et les lois Je suis de celles qui chantent De celles qui sont chiantes Et baisent quand ça leur chante Les gueux comme les rois Je ne suis pas de celles Qui vivent sous tutelle S’empêchent d’être belles Pour éviter les coups Je ne suis pas de celles Qui brûlent des chandelles Et puisent dans leur missel La force d’être debout Je suis de celles qui luttent Continuent le combat De celles qui chahutent Les hommes et les lois Je suis de celles qui dansent Qui brillent d’insolence Et saisissent la chance De vivre avec éclat Je ne suis pas de celles Qui se rendent à l’autel Blanches comme l’agnelle Fraîches comme le jour Je ne suis pas de celles Qui grandissent au bordel École pour femelles Trop pauvres pour l’amour Je suis de celles qui luttent Continuent le combat De celles qui chahutent Les hommes et les lois Je suis de celles qui lancent Leur cri dans le silence De celles qui avancent Et qu’on n’arrête pas

about

Pour toi c’est facile
Pour moi c’est une quête
Pour toi c’est acquis
Pour moi c’est une conquête
Pour qui tu t’prends ?
Tes victoires ont le goût de mes défaites
Tu pleures mais tu ne cèdes que des miettes.

Je l’ai volée à ton flambeau
Elle est comme l’air et l’eau
Elle brûle en secret
dans mon ventre.
Elle est la braise qui m’anime

Tu en es plein
J’en suis creuse
Si je m’en saisis
Tu crois que je t’en prive
Alors qu’elle te transforme
Autant que moi

Ma liberté est sauvage
C’est un départ de feu
Une centrale nucléaire
Un fléau

C’est Circé
C’est Méduse
Jeanne brûlant au poteau
Elle n’est ni discrète
Ni douce
Elle est violente
Elle ne demande rien
Elle n’a pas de pays

Mon indépendance danse devant tes yeux comme la flamme d’une allumette.
Tu la contrôles.
Si elle te brûle, tu souffles et elle s’éteint.
Pourtant, elle te transforme autant que moi.

Alors
Descends de ton piédestal
Ouvre tes pétales
— Ils sont délicats —
Et suis-moi

credits

released July 17, 2020

Réalisation : Teddy ELBAZ
Enregistré et Mixé au Studio Mikrokosm (69) par Teddy ELBAZ
Masterisé par Frédéric FINAND aux Oreilles Délicates

license

all rights reserved

tags

about

KARINE DAVIET Lyon, France

Guitare au poing, Karine Daviet trace la perspective d’un répertoire protéiforme, allant du manifeste féministe à la poésie fragile ou engagée.

Entre blessures et guérisons, rock et baroque, Camille et Claire Diterzi, Karine propose un rapport au monde à la fois puissant et naïf, plein d’étonnement et de douceur — de libertés.
... more

contact / help

Contact KARINE DAVIET

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

KARINE DAVIET recommends:

If you like KARINE DAVIET, you may also like: